mercredi, novembre 07, 2018

Macron pétainiste- le R.N. luit dit merci

Le monde:

Emmanuel Macron a jugé « légitime », mercredi 7 novembre, de rendre hommage au maréchal Pétain samedi aux Invalides, en soulignant que le dirigeant du régime de Vichy avait été « pendant la première guerre mondiale un grand soldat », même s’il a « conduit des choix funestes » pendant la seconde.
Avec les sept autres maréchaux de la Grande Guerre, Philippe Pétain sera célébré aux Invalides lors d’une cérémonie à laquelle participeront les responsables militaires français, dont le chef d’état-major particulier du président, l’amiral Bernard Rogel.

« Opposé au défaitisme français »

« Il est légitime que nous rendions hommage aux maréchaux qui ont conduit l’armée à la victoire, comme chaque année. Mon chef d’état-major sera présent à cette cérémonie », a précisé le chef de l’Etat, interrogé par des journalistes en arrivant à la préfecture des Ardennes pour un conseil des ministres délocalisé.
« Je n’occulte aucune page de l’histoire », a-t-il souligné, en réponse à certaines critiques contre la célébration de Philippe Pétain, qui fut ensuite chef du gouvernement collaborationniste de Vichy (1940-1944). Et d’ajouter :
« Il a été un grand soldat, c’est une réalité. La vie politique comme l’humaine nature sont parfois plus complexes que ce qu’on voudrait croire (…) J’ai toujours regardé l’histoire de notre pays en face. »
« Je me suis toujours opposé au défaitisme français ou à la complaisance envers toute idéologie. Mais je reconnais la part que nos maréchaux et notre armée ont jouée. Nous lui devons la victoire », « la victoire d’une nation combattante », a-t-il conclu, au quatrième jour de son périple de commémoration du centenaire de l’armistice de 14-18.
A la suite de ces propos, le Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF) s’est dit « choqué » : « La seule chose que nous retiendrons de Pétain, c’est qu’il a été, au nom du peuple français, frappé d’indignité nationale lors de son procès en juillet 1945 », a déclaré le président de l’organisation, Francis Kalifat, cité dans un communiqué.

____________________________________

 "La Pétain, elle n'aime pas ses hommes" Hubert Lyautey, Maréchal de France
Regarder l'histoire en face, c'est savoir que Philippe Pétain a, tout au long de sa carrière été la dernière des ordures :


" Pour maintenir l’esprit d’obéissance et la discipline parmi les troupes, une première impression de terreur est indispensable." Pétain, 1915

Il s'est arrogé le droit d'user 7 fois du pouvoir discrétionnaire à lui accordé par ses complices des gouvernements Poincaré, pour ordonner des exécutions capitales sans jugement, et a encouragé les exécutions sommaires. Il fait partie de ces officiers qui ont vendu aux Allemands les plans de l'offensive au chemin des Dames afin de pouvoir poursuivre SA guerre.

Rien d'étonnant à ce qu'on célèbre ce traître, ce n'est que le révélateur du régime de dictature dans lequel on vit, que le rêve d'autres étrons fétides d'aujourd'hui est de rétablir dans la légalité de la délégation des pleins pouvoirs. Voilà la rétribution de la haine qu'on leur voue et l'avertissement sans frais qu'ils nous donnent.
Grand habitué de l'insulte gratuite, M. Macron ne se satisfait plus des vivants. 
Il insulte les morts.

_________________________

Réaction de J.L. Mélanchon ;

Le maréchal est le vainqueur militaire de la guerre de 14-18. est un traitre et un antisémite. Ses crimes et sa trahison sont imprescriptibles. , cette fois-ci, c'est trop ! L'Histoire de France n'est pas votre jouet.


Le porte-parole du gouvernement en rajoute alors une couche accusant Mélanchon (professeur d'histoire au passage, qui aurait certainement des choses à apprendre aux cancres) d'être responsable de la polémique suscitée par les conneries de son patron.


"Face aux critiques, le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux a dénoncé une "mauvaise polémique". "Il ne faut pas faire de raccourcis douteux. Pétain a servi la patrie en 14 et l'a trahie en 40", a-t-il estimé lors d'un point presse, avant de citer une phrase du Général de Gaulle en 1966 sur Pétain selon lequel "sa gloire à Verdun ne saurait être contestée ni méconnue par la Patrie".

Il a particulièrement ciblé Jean-Luc Mélenchon et ses critiques."Jean-Luc Mélenchon ? C'est fort de café", a-t-il réagi "Je le renvoie à l'histoire de France, s'il la méconnaît il est temps qu'il se replonge dans ses livres d'histoire. Vous connaissez son goût pour la provocation, nous ne tomberons pas dans ce panneau."

"Je ne rentrerai pas dans cette mauvaise polémique, pas sur un territoire ou des millions des personnes qui se sont entretuées", a conclu M. Grivaux." (Orange qui en cite que partiellement les inepties hypocrites de ce cloporte).


________________

Suite de l'affaire 8 novembre:

Mais voilà que devant la levée de boucliers des défenseurs du droit, le président recule et se déculotte devant le monde entier. Il ne se désavoue pas (on avait compris de toute façon ce qu'il estimait devoir faire  au plus profond de sa "pensée complexe"). L'âne envoie ses chiens, et premiers d'entre eux le même Griveaux, qui nous explique que nos oreilles de nains nous ont trompés:

Hufftigton post :


POLITIQUE - Comme souvent avec la "macronie", c'est nous qui avions mal compris. Alors qu'Emmanuel Macron a justifié ce mercredi 7 novembre l'hommage au "grand soldat" Philippe Pétain dans le cadre des commémorations du centenaire de la fin de la Première guerre mondiale, l'Elysée et l'entourage du président de la République font maintenant machine arrière, en affirmant qu'il n'avait jamais été question d'honorer le "vainqueur de Verdun" samedi 10 novembre aux Invalides.
...
 
De son côté, le porte-parole du gouvernement a partagé un texte pour démonter la polémique. "Aucun hommage ne sera rendu à Pétain samedi. Il n'en a jamais été question. Nous avions annoncé que nous honorerions les maréchaux de la Grande Guerre. Certains en ont déduit que Pétain en faisait partie ; ce n'est pas le cas. S'il y a eu confusion, c'est que nous n'avions pas été suffisamment clairs sur ce point", écrit Benjamin Griveaux sur sa page Facebook. Et ce dernier d'ajouter: "dans les propos qu'a tenus le président, il n'était nullement question d'hommage républicain, mais de vérité historique. Pétain a servi en 1914. Il contribue à la victoire de 1918".

____________________

Ce serait à se tordre de rire, si ce n'était bête à pleurer!
Mais, messieurs les Arschloch (selbstverständlich auf Deutsch) nous avons la mémoire moins courte que vous, et nous n'oublierons pas quand vous serez à votre tour face à vos juges, que vous vous êtes rendus coupables d'apologie de crime contre l'humanité.

Aucun commentaire: